Il y a deux jours, en faisant un tour à la librairie, mon fils de trois ans m’a demandé de lui acheter un livre d’Adélidélo. Cette fillette de trois-quatre ans est l’une des héroïnes du magazine auquel il est abonné. J’ai pu constater à la lecture de cet ouvrage qu’Adélidélo est toute absorbée par la joie d’aimer : aimer sa famille, ses amies, les gens, les animaux… quand elle n’est pas dans le don de soi et la gentillesse.

Entre ses péripéties et celles de SamSam, autre petit héros des jeunes enfants, dont les principales qualités consistent à se montrer fort et courageux, dans un environnement intergalactique s’il vous plait, on pourrait dire qu’il y a peu en commun, comme deux univers, qui évoluent en parallèle, sans jamais se rencontrer. Mon fils étant un garçon, nul besoin d’être devin pour savoir auquel de ces deux personnages il va probablement s’identifier…

En mettant en regard ces observations avec les problématiques que je retrouve le plus fréquemment chez les couples avec des enfants en bas âge qui viennent consulter, je me suis posée la question : et s’il y avait un lien de causalité ? Autrement dit, Adélidélo et SamSam évoluent dans des univers parallèles, avec des valeurs différentes, grandissent et tombent amoureux. Jusqu’ici tout va bien. Et puis un jour bébé parait, et alors, les différences dans les apprentissages sociaux amènent bien des conflits dans le couple.

Quand mes patients me parlent de leurs problèmes conjugaux, ils imputent le plus souvent leurs difficultés à la personnalité de leur conjoint(e). Et si finalement l’incompréhension était plus culturelle que personnelle ?

Chez ces dames, le fait de constater la faible implication de leur cher et tendre dans les tâches ménagères et familiales du quotidien a tendance à en agacer plus d’une. Beaucoup trouvent que leur conjoint se comporte comme un employé, qui attend ses ordres, les exécute avec plus ou moins d’application (moins que pour ses obligations professionnelles, à coup sûr !), tout en revendiquant ses jours de congés, autrement dit des loisirs personnels. La frustration est alors grande et donne lieu généralement à l’ouverture des hostilités.

Voici les croyances de certaines à ce sujet :

Il est égoïste.

Il ne me respecte pas.

Et si on faisait un pas de côté ? On pourrait alors penser que la personnalité du conjoint, dans ce qu’elle a de plus personnelle et intime n’est pas en cause. C’est peut-être plutôt l’impact de générations et de générations biberonnées aux valeurs patriarcales, qui s’exprime à travers la vision et le comportement de sa moitié. Dès lors, il n’y a plus de raison de faire de ces attitudes une affaire personnelle. Quand on ne prend plus les choses pour soi, en général, ça va déjà mieux ! Il devient possible de réfléchir à la stratégie à mettre en place : L’objectif est que son conjoint se comporte davantage comme un partenaire. Cela dépend d’abord de lui, évidemment, mais comment le motiver à prendre cette direction ?

Tout d’abord, il vaut mieux renoncer tout de suite à la croyance selon laquelle il devrait comprendre les besoins de l’autre sans qu’ils soient exprimés !

Il est plus efficace d’en passer par des demandes claires et directes, afin que son partenaire effectue certaines tâches, prenne la responsabilité de certaines « missions », en le laissant les exécuter à sa manière. Pourquoi pas poser par écrit la répartition actuelle des tâches, en deux colonnes, pour objectiver le problème et les redistribuer de manière plus équilibrée ?  Vous pouvez aussi féliciter votre conjoint quand il prend des initiatives, valoriser ses efforts… Bien sûr, certaines objecteraient qu’il est normal que chacun s’implique. Certes, mais l’objectif ici est de motiver son partenaire… pour aussi se simplifier la vie. 😊

Chez ces messieurs, le regard sur les scènes de ménage, quand les enfants sont petits, est radicalement différent.

Mes patients me décrivent souvent une conjointe qui se plaint et râle au quotidien, dévouée corps et âme à ses chers bambins, au point de s’oublier elle-même, d’oublier son couple, mais aussi le monde extérieur, et qui voudrait bien que son homme en fasse autant… mais en se conformant strictement à la vision de sa dulcinée !

Cette représentation génère les croyances suivantes :

Elle n’est jamais contente.

Elle m’empêche d’être libre.

Avec un petit pas de côté, vous pouvez facilement vous mettre à la place de votre bien-aimée. Cette dernière est conditionnée depuis sa plus tendre enfance à se sacrifier pour les autres, plus particulièrement ses enfants, la société lui a appris qu’elle ne serait une bonne mère qu’en étant dans le perfectionnisme et l’abnégation. Elle ne cherche donc pas à vous embêter, mais juste à se conformer à un rôle social qui génère responsabilités excessives, fatigue et stress !

Votre objectif est souvent de rendre votre femme heureuse, tout en conservant la liberté d’avoir du temps pour vous. Voici un petit protocole en trois étapes pour aller dans ce sens.

  1. Exprimez-lui votre reconnaissance. Le travail de maman est à la fois difficile et peu reconnu. Votre conjointe a besoin et mérite d’entendre : « Tu es une maman formidable. », « Tu fais un super boulot avec les petits ! »
  2. Acceptez de partager davantage les tâches familiales et ménagères, d’aller vers une répartition plus équilibrée du travail au sein du foyer.
  3. Exprimez votre besoin de vous ressourcer hors du cadre familial seulement après avoir réalisé les deux premières étapes ! Vous pouvez proposer à votre femme d’en faire autant, mais il faut accepter qu’elle puisse éventuellement ne pas se l’autoriser. Où l’on en revient à ces fameuses différences d’apprentissages sociaux entre garçons et filles.

Et c’est ainsi qu’Adélidélo et SamSam vécurent heureux…vous connaissez l

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :